Écrans britanniques

Un autre regard sur une association culturelle nîmoise

Principes fondateurs

Écrans britanniques est une association de bénévoles à but non lucratif, fondée en 1997 à Nîmes, qui s’est donnée pour mission de faire connaître le cinéma britannique, au public du sud de la France en créant le festival British Screen / Écrans Britanniques, dont elle est productrice et qui se tient chaque année sur 10 jours, entre fin février et début mars (en fonction des vacances scolaires et des dates des autres festivals de cinéma de la région).

 

Nos objectifs

L’association vise à :

  1. Mettre en lumière le cinéma britannique passé et présent, surtout le plus innovant et le plus créatif, permettant de lui offrir un public plus large dans la région.

Par le biais d’expositions, d’actions éducatives, de publications et, bien sûr, grâce au Festival,  manifestation-phare des Ecrans Britanniques et seul événement culturel de ce type pour tout le Sud de la France, elle contribue à permettre une nouvelle approche de ce cinéma et à ouvrir le public à une meilleure compréhension de la culture et de la société britanniques, loin des clichés et des visions réductrices .

2. Rendre accessible à tous ce cinéma qui a été, et demeure, un cinéma innovant qui a son public en France. En effet, une partie du cinéma britannique se construit en dehors des grands studios qui dominent la production et la distribution.

Comme il n’est pas toujours facile en France de voir ces films, notre travail consiste  à les rendre plus accessibles au grand public, ainsi qu’aux jeunes, par le biais de nos actions éducatives, notamment auprès des classes étudiant l’anglais, la littérature, la culture et la société britanniques. Notre festival a aussi pour vocation de faire découvrir au plus large public le cinéma de patrimoine, ainsi que des films rares qui ne passent jamais dans les circuits habituels, comme par exemple la production d’un Terence Davies ou certains films de Peter Watkins, tous deux grands cinéastes, auteurs de films forts, auxquels des hommages ont été consacré et, plus tard, Kevin Brownlow Andrew Kötting,…

Afin d’atteindre ces buts, l’association développe les partenariats avec des acteurs économiques et culturels locaux et régionaux et poursuit également les recherches de financement, à la fois publics et privés, nationaux et européens.

 

Notre histoire

Cette association a été créée en 1997 par une équipe de professeurs d’anglais et de cinéphiles regroupés autour de celui qui en est le président depuis lors, Francis Rousselet, spécialiste des cinémas du monde anglo-saxon et auteur de plusieurs livres sur le cinéma britannique. Elle compte quelques 200 adhérents et fonctionne avec un groupe d’une vingtaine de bénévoles élus au CA, par l’Assemblée Générale annuelle.

Entre 1997 et 2016, l’association a mis sur pied 19 éditions du Festival British Screen / Écrans Britanniques en collaboration avec le Sémaphore, le Carré d’Art-Bibliothèques et le théâtre Christian Liger.

Cette année, elle fête 20 ans de festival.

Cette manifestation  rassemble chaque année plus de 5 000 spectateurs, pendant 10 jours au cours desquels ont lieu des projections, des rencontres, des débats, sans oublier les buffets conviviaux pour les soirées d’ouverture et de clôture, qui prolongent agréablement le film. Ce festival permet au public non seulement régional, mais aussi en provenance de toute la France, de découvrir chaque année une ou plusieurs facettes originales du cinéma d’Outre-Manche autour d’une thématique, qui fait également l’objet d’une table ronde. Il est devenu, au fil des années, un événement incontournable et un des temps forts de la vie culturelle de notre région. La nombreuse communauté britannique, qui fait désormais partie de son paysage socio-culturel, lui apporte sa dynamique et sa couleur propre.

Par ailleurs, l’équipe de l’association compte parmi ses membres actifs le producteur et réalisateur anglais Bob Davis, qui a vécu plusieurs années à Nîmes. Il est l’un des fondateurs, au début des années 80, de la maison de production du Nord-Est de l’Angleterre, Trade Films, spécialisée dans les films documentaires pour la télévision – par exemple North, qui figurait au programme de la 10ème édition du festival -, puis de Common Features, qui a produit pour la BBC This Little Life, film récompensé par plusieurs prix prestigieux et présenté en 2009 au 12ème Festival Écrans Britanniques.

Par le passé, le festival a accueilli des personnalités marquantes : à (voir liste Invités des EB)

  • Des réalisateurs, dont, Peter Greenaway, Peter Kosminsky, Michael Caton-Jones,Terence Davies, Ken Loach (à ces deux derniers, Francis Rousselet, directeur de le programmation, a consacré les seuls ouvrages publiés en français), Don Kent,Peter Mullan, John Boorman, Mike Leigh, Peter Lord,…et Richard Lester, Michael Radford…
  • Des acteurs: Gary Lewis, Pete Postlethwaite, Peter Mullan, Barry Ward, Jerome Holder…
  • Des producteurs, scénaristes et écrivains (en 2007, un grand hommage a été consacré à Carré d’Art au dramaturge, poète et scénariste Harold Pinter), des directeurs de la photo comme Jack Cardiff, chef-opérateur mythique des plus grands cinéastes parmi lesquels Ford, Hitchcock, Michael Powell,…et, en 2010, Walter Lassally, chef opérateur des classiques du Free Cinema.

Le dernier entretien accordé par l’écrivain et scénariste, chef de file des “Angry Young Men”, Alan Sillitoe, a été, à la veille de sa mort,  pour les Écrans britanniques. Nous avons eu l’honneur de projeter cette vidéo, témoignage ultime et émouvant d’une figure exceptionnelle. Par ailleurs, des universitaires et des journalistes spécialisés sont invités régulièrement pour participer à la table ronde et dialoguer avec le public sur le thème choisi.

Le festival s’adresse à tous les publics intéressés par la diversité culturelle. De festival en festival, ont été abordés différents domaines dans leurs rapports avec le 7ème art : la littérature (Shakespeare à l’écran en 2001, la table ronde sur l’adaptation romanesque au cinéma en 2004, Dickens au cinéma en 2012 ,  Shakespeare au cinéma en 2016), la musique (“Liverpool, ville-acteur du cinéma britannique” en 2006), le théâtre (hommage à Harold Pinter en 2007), la peinture et les arts (hommage au peintre cinéaste Peter Greenaway en 2008), la société (“Londres vue par 20 cinéastes britanniques”, en 2013). En 2010, la 13ème  édition a consacré une partie de sa programmation à l’histoire (Le cinéma britannique face à la Deuxième Guerre Mondiale) et depuis 2015 (la 1ère Guerre Mondiale dans le cinéma britannique). L’association essaie aussi de diffuser des œuvres mettant en évidence des genres et formats divers : documentaire, fiction, animation, courts et longs métrages.

Un volet Jeune Public– Cinéma d’animation, en liaison étroite avec Carré d’Art, a vu le jour et tend à se développer ces dernières années : hommage aux studios Aardman, avec la venue de Peter Lord, focus sur Tomm Moore et son studio Cartoon Saloon…

 Mise en œuvre de la politique des Écrans britanniques 

  1. Financements

L’association peut fonctionner grâce à ses adhérents et aux subventions qu’elle reçoit de partenaires institutionnels et privés, aux rangs desquels la Ville de Nîmes, qui reconnaît le travail  d’animation culturelle effectué par l’association et le renom apporté à la Ville par les personnalités invitées chaque année. Le département du Gard et la région Languedoc – Roussillon sont également partenaires institutionnels.

 

  1. Lieux du festival

Les films et les différentes manifestations sont présentés au cinéma Le Sémaphore, à Carré d’Art et au Théâtre Christian Liger, auxquels l’association est liée par un partenariat fructueux.

À Carré d’Art se déroule, tous les ans,   une table ronde ou des rencontres-débats en rapport avec la thématique choisie, qui attire un public très intéressé et donne lieu à des échanges très enrichissants et animés. Y participent des spécialistes, réalisateurs, critiques de cinéma, producteurs, écrivains, enseignants,… Celle de 2009 a été animée par l’un des plus grands créateurs du cinéma d’animation, Barry Purves, qui était également l’invité de l’École des Beaux-Arts de Nîmes où il a assuré un “Workshop” , et qui nous a fait l’honneur de présenter au public une partie de sa production.

De même, lors d’une master class, Peter Lord, maître de l’animation en volume a dévoilé les coulisses de The Pirates, son long-métrage en Stop-Motion, dévoilant au public certains de ses procédés.

Le Théâtre Christian Liger permet, en plus des scolaires, l’ouverture à un plus large public, notamment lors des soirées Ciné-concert, avec orchestre, qui rencontrent un vif succès ou comme cette année, lors d’un Ciné-fanfare.

Le Sémaphore met à disposition ses salles pour les films dèjà sortis ou d’actualité, les avant-premières, avec (ou sans) invités…et permet la diffusion du programme du festival grâce à son programme papier.

  1. Les publics du festival

Le Festival Ecrans Britanniques s’adresse à tous les publics francophones et anglophones intéressés par le cinéma d’Outre-Manche et par la diversité culturelle.

Depuis sa création, il privilégie une politique à l’adresse des élèves des établissements scolaires et des étudiants post-bac, pour lesquels le cinéma devient de plus en plus une composante incontournable de leur formation générale. Des séances scolaires sont organisées ainsi chaque année au Sémaphore, à Carré d’Art et au Théâtre Christian Liger.

Suivant les années, les étudiants, notamment de la section cinéma de l’établissement Saint-Stanislas à Nîmes, sont accueillis dans l’équipe et contribuent à la diffusion.

  1. Quelques innovations

En 2009, nous avons inauguré un événement original, le ciné-concert, en projetant au Théâtre Liger un film muet, en présence de Virgile Goller et de ses musiciens. Le succès a été tel, que nous avons renouvelé l’expérience au festival 2010 avec un film muet d’Hitchcock, The Lodger, accompagné par ces mêmes musiciens, devenus aujourd’hui le Piccadilly Trio. Ils ont récidivé en 2013 avec une création originale pour une version restaurée d’un film muet sorti de l’oubli  par le BFI Underground d’Anthony Asquith et en 2014, pour la version muette de Blackmail, d’Alfred Hitchcock. En 2015, une création orchestrée par Florian Doidy a illustré l’un des plus beaux films du muet anglais, The Battles of Coronel and the Falkland Islands de Walter Summers.

La 14ème  édition des Écrans Britanniques a offert de nouveaux visuels, issus d’un concours de la meilleure affiche (organisé, au départ, en collaboration avec l’Ecole des Beaux-Arts et le Lycée Hemingway de Nîmes). Depuis, chaque année, ce concours s’est ouvert à tous. Il est récompensé par un Prix et l’affiche primée sert d’appui à tous les documents du festival (affichage municipal, publicité, couverture du programme,…)

Depuis quelques années, les Ecrans britanniques se chargent de sous-titrer en français ceux des films qu’elle a découverts et qui n’ont pas trouvé de distributeur français. Elle les diffuse éventuellement sous forme de DVDs, en collaboration avec leur maison de production.

  1. Une revue, un site.
  • L’association a édité une revue biannuelle qu’elle diffuse pendant chaque festival et par abonnement. Rédigée par des spécialistes et/ou par l’un des membres du bureau, elle est consacrée soit à l’une des thématiques du festival, soit à l’un des invités d’honneur. En juin 2009, a paru le 8ème numéro intitulé Looking for Eric, à l’occasion d’une soirée exceptionnelle organisée pour la sortie du dernier film de Ken Loach, en présence de l’acteur principal, Steve Evets.

Le 9ème numéro, sorti lors du 14ème  festival, est consacré à Humphrey Jennings. Trois autres numéros sont sortis depuis, l’un sur Dickens, l’autre sur Umber ainsi qu’un numéro spécial sur les frères Boulting.

  • Un site Internet a été créé, puis restructuré. Il évolue chaque année et permet de suivre l’actualité et le déroulé du festival : ecransbritanniques.org. Il est actuellement géré par Franck Spinato.

 

  1. Les Ecrans Britanniques dans la Ville et en Région

L’association conforte sa participation au Mois du Film Documentaire, en partenariat avec les bibliothèques nîmoises.

Le festival des Écrans Britanniques fait également partie du Collectif des Festivals de Cinéma en Languedoc-Roussillon dont Itinérances, d’Alès, assure la coordination et qui se réunit régulièrement pour mener des actions communes. À ce titre, il figure sur la Carte-Agenda éditée chaque année.

Projets et perspectives

Nous comptons mettre l’accent sur les points suivants:

  1. Étendre et diversifier nos actions à Nîmes et dans le département, en portant quelques-unes de nos manifestations sur des scènes culturelles diversifiées, en renouvelant, à l’occasion, notre partenariat avec l’Ecole des Beaux-Arts de Nîmes…
  2. Envisager des projections avec débat dans des communes environnantes, pour ancrer davantage nos actions dans la région.
  3. Diversifier nos activités en dehors de la période du festival, en organisant des manifestations cinématographiques autour de la sortie d’un film et/ou d’une personnalité du cinéma britannique, et en participant à divers débats ou présentations au nom de l’association dans des manifestations culturelles régionales, des colloques…
  4. Faire vivre notre site en l’actualisant régulièrement, en l’améliorant et en multipliant les liens.
  5. Conforter et élargir nos actions envers scolaires et étudiants.
  6. Élargir et fidéliser le champ des sponsors et partenaires.

Membres

L’association compte quelques 200 membres, son bureau est le suivant :

Bernard Raynaud, Président

Isabelle Cases, Vice-présidente

Francis Rousselet, Directeur de la programmation
Colette Queugniet, Secrétaire
Jean Balmefrezol, Trésorier

contact:british.screen.site@gmail.com

Tel : 07 85 57 05 92

5 chemin Henry Appy – 30900 –  Nîmes

Numéro SIRET : 449 980 465 00016

A suivre

  • Interview autour du film Departure

Archive

Lettre d’information